Tour d’horizon de la Cuisine Slave

Posted on: 2013/12/02 | Toutes les Nouvelles, Сuisine russe

Cuisine slave Une table qui croule sous le poids des mets les plus variés, voilà comment on pourrait décrire la générosité de la cuisine slave! A travers la cuisine russe, on peut faire une étude ethnologique de cette nourriture, un album de souvenirs, un recueil de recettes. Ils sont nombreux, comme Dumas ou Gautier en leur temps, à s’être penchés  avec perplexité ou enthousiasme, sur cet art culinaire qui leur a souvent semblé plutôt exotique, alors qu’aujourd’hui les blinis, bortsh et autres spécialités font partie du vocabulaire courant. Une gastronomie qui a évolué avec son histoire. C’est au 9e siècle que les viandes et poissons fumés, l’alcool de grain et la crème aigre sont importés par les Vikings.

Un siècle plus tard,  c’est Vladimir le Grand qui, en épousant une princesse byzantine, introduit des produits  orientaux. On voit apparaître ainsi du mouton,  de même que l’aubergine, les raisins secs, etc. La choucroute  arrivera des territoires  germaniques; puis des Tatars, on héritera le lait caillé.

La Pologne, dès le 14e siècle a été une terre d’accueil pour les populations juives chassées d’Europe occidentale, et ce, jusqu’à la 2ème Guerre Mondiale. Toute la cuisine russe porte la trace de cette diaspora ashkénaze (ainsi nommés pour les différencier des populations sépharades d’Afrique du Nord).

Puis, sous Pierre le Grand, apparaissent dans les , la cuisine française et l’art de la table; tandis que, sous Catherine II, ce sont les saveurs allemandes qui sont adoptées: viandes accompagnées de fruits, préparations aigres-douces.

Cependant, les céréales et les légumes de la famille du chou sont toujours restés à la base de la l’alimentation de la plupart des peuples slaves. L’influence des turcs et des mongols, aux frontières sud des pays slaves que sont la Russie et la Bulgarie, ne sont pas non plus à négliger.

La cuisine slave est une cuisine généreuse. Sur les tables, on trouve toujours profusion de préparations; et tous ceux qui ont déjà goûté un vrai bortsch accompagné de crème, du caviar beluga sur son lit de glace ou du caviar d’aubergines avec son pain typique suivi d’un thé russe agrémenté de baklavas en gardent un souvenir inoubliable!

Bortsch

La cuisine slave, colorée, économique et facile à réaliser, ajoutera une touche festive à votre table. Elle a de nombreux points communs avec la cuisine européenne et française en particulier, notamment parce qu’il y eu beaucoup de chefs français à la cour des tsars. Certaines recettes et habitudes alimentaires sont, au contraire,  très différentes. Ainsi, les Ukrainiens adorent le lard cru salé! Un en-cas typique peut être constitué simplement d’une tranche de lard sur un morceau de pain de seigle que l’on a frotté avec de l’ail, et éventuellement quelques rondelles de concombre. En guise de grignotage, on picore des graines de tournesol grillées, vendues un peu partout par les babouchkas.

Vous trouverez sur notre site quelques recettes traditionnelles, plus ou moins connues, que vous pourrez tenter chez vous. D’autres suivront!

Commentaires